La kinésithérapie respiratoire

kinésithérapie respiratoire

La kinésithérapie respiratoire est une spécialité de la kinésithérapie générale. Cette discipline en pleine expansion, concerne toutes les tranches d’âges de patient. Ils interviennent notamment dans le traitement des bronchiolites pour les nourrissons.

En quoi consiste la kinésithérapie respiratoire?

La kinésithérapie respiratoire est une rééducation qui améliore la respiration et donc se concentre directement sur les pathologies respiratoires. La prescription de séance chez le kinésithérapeute survient pour une rééducation respiratoire, ou un désencombrement des bronches. Techniquement on peut résumer cette pratique à l’expectoration des sécrétions qui encombrent l’arbre bronchique.

Kinésithérapie respiratoire  : Qui cela concerne ?

Chaque personne atteinte de pathologies respiratoires aiguës ou chroniques, enfants comme adultes, peut être amenée à rencontrer un kinésithérapeute. Entre autres, si vous êtes atteint d’asthme, de bronchite, d’insuffisance respiratoire, d’une bronchiolite, de volets costaux, etc. La kinésithérapeute utilisera son expertise pour améliorer votre système respiratoire. Sachez que la kinésithérapie respiratoire peut intervenir également, lors de maladies comme le cancer et pendant les traitements post-chirurgicaux.

Pour trouver votre kinésithérapeute respiratoire :

kinésithérapie

Techniques de la kinésithérapie respiratoire

Avant tout, le kinésithérapeute doit dresser un diagnostic précis de l’état du patient pour pouvoir évaluer l’avancée de la pathologie. Il est d’usage de poser des questions sur : les circonstances de sa maladie, ses symptômes, son ressenti. Selon vos antécédents,  vos réponses et votre pathologie, le kinésithérapeute décide  du traitement  à appliquer sur le long terme. Le praticien peut être amené à pratiquer de nombreuses procédures médicales.

 

Le désencombrement bronchique

La ventilation

  • L’AFE ou “accélération de flux respiratoire”
  • L’ALFE ou “accélération lente du flux respiratoire”
  • La toux passive
  • La toux déclenchée
  • La broncho-aspiration
  • Les vibrations manuelles

 

  • La prise de conscience du caisson abdominal et thoracique
  • La synchronisation: Aide à  la synchronisation du bloc thoracique.

Cette pratique est surtout appliquée sur les adultes.

 

 

Le traitement des troubles posturaux

Au quotidien, les individus adoptent des positions par habitude qui modifie leurs postures et les empêche de respirer correctement. Il peut s’agir de personnes atteintes de maladies ou non, par exemple un patient atteint de la maladie de Parkinson. Dans ce cas-là, le kinésithérapeute administre un traitement en fonction du cas auquel il a affaire.

Traitements et techniques chez les nourrissons

La discipline est, également, réputée pour son application sur les bronchiolites, qui touchent les nourrissons jusqu’à l’âge de 2 ans. Assez fréquente lors de la période hivernale, Il s’agit d’une infection respiratoire virale sur les petites bronches de l’enfant. Elle a pour but d’améliorer le bien-être du bébé en le soulageant par la technique de “clapping” sans pour autant avoir la prétention de guérir la bronchiolite.

De manière générale, il s’agit d’évacuer le mucus du système respiratoire du nourrisson. Un enfant en bas âge n’a pas assez de force pour tousser, des techniques manuelles sont utilisées pour faire remonter le mucus vers la bouche, il sera craché ou avalé, pour laisser l’air circuler de nouveau.

kinésithérapie respiratoire

Maladies et pathologies liées au système respiratoire

Communément, chez les nourrissons, on compte les bronchiolites très fréquentes en hiver. Mis à part la rééducation respiratoire, il existe bien d’autres maladies sur lesquelles le kinésithérapeute respiratoire peut intervenir comme la mucoviscidose, l’asthme, la pneumonie, les dilatations bronchiques, et les maladies pulmonaires obstructives (broncho-pneumopathie chronique obstructive BPCO).

BPCO et dilatation bronchique

Plus précisément, la maladie pulmonaire chronique obstructive concerne les personnes qui ont une production de mucus supérieure à la moyenne (tabac, etc.) Ce mucus va être déposé sur les bronches empêchant une respiration correcte. De plus, les cellules de la muqueuse sont altérées et empêche le mucus d’être évacué, il est donc stocké massivement dans les bronches. Ce qui augmente fortement le risque d’infection. La dilatation bronchique est donc le résultat d’une stagnation de ce mucus dans les bronches.

La kinésithérapie respiratoire permet aux patients souffrant de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), d’optimiser leurs capacités ventilatoires réduites par la maladie.

La pneumonie

Contractée par virus ou bactérie, la pneumonie est une infection grave qui touche les bronchioles et les  alvéoles. De nombreuses bactéries peuvent être à l’origine de cette maladie :  le “pneumocoque”, la “légionella pneumophila“, le “mycoplasme”, “l’entérobactérie” ou le “pseudomonas” (souvent pour les pneumonies nosocomiales).

Il existe donc, plusieurs types de pneumonies : les communautaires, les nosocomiales, les pneumonies d’inhalation, et des pneumonies d’opportunités (qui touchent des personnes ayant un système immunitaire très fragile). Les principaux touchés par cette maladie sont les plus de 65 ans. Dû aux nombreuses complications, elle entraînerait un taux de mortalité de 15% au sein des pays développés.

Les symptômes sont proches de ceux de la grippe :  fièvre, courbatures, douleurs thoraciques, toux, des frissons, difficultés respiratoires, etc.

La kinésithérapie respiratoire est largement utilisée en tant que traitement d’appoint pour la pneumonie chez les adultes.

L’asthme

Elle touche les bronches principalement, due à l’effort, la poussière, la pollution et l’humidité.  L’asthme empêche de respirer et notamment d’expirer l’air des poumons. Lorsqu’il est en crise, le patient  produit des efforts considérables pour respirer, sa cage thoracique gonfle, ses muscles se contractent. En d’autres termes, l’air est emprisonné dans sa poitrine et le thorax est bloqué.

Étant une maladie chronique, le kinésithérapeute s’inscrit dans l’accompagnement du malade sur le long terme.

La bronchite

C’est une maladie bénigne. On distingue 2 types de bronchite: aiguë et chronique. Elle se caractérise par une toux sèche et grasse, une respiration sifflante.

Le kinésithérapeute intervient dans la relaxation et la dilatation des bronches.

kinésithérapie respiratoire

La bronchiolite

La bronchiolite est une infection des petites bronches chez le bébé de moins de 2 ans. Pour en savoir plus : quelques conseils quand votre bébé a une bronchiolite.

La mucoviscidose

Tout d’abord, il faut savoir que la mucoviscidose est une maladie génétique qui touche 1 belge sur 20. Cette maladie entraîne une insuffisance cardiaque  et d’autres complications comme : des œdèmes, un syndrome hémorragique, de l’ostéoporose, du diabète, une puberté tardive… En termes de traitement, l’objectif est d’améliorer au mieux le système respiratoire. C’est pourquoi, le rôle du kinésithérapeute est essentiel dans le processus de soins du patient.

 Rédiger par Alicia P. de l’équipe doctoranytime.be

Trouvez votre kinésithérapeute par ville:

Bruxelles 

Uccle

Anderlecht

Ixelles

Gent

Namur 

Schaerbeek

Ou d’autres villes ici 

Venez en découvrir plus sur:

kinésithérapeutes en Belgique (1)